Daniel Iffla-Osiris

Une statue pour un grand mécène à l’Institut Pasteur

Actualités

March 23, 2016

/ By

Indes



Rate this post
Daniel Iffla-Osiris, Une statue pour un grand mécène à l’Institut Pasteur

Daniel Iffla-Osiris, Une statue pour un grand mécène à l’Institut Pasteur

Une statue du financier mécène et patriote français Daniel Iffla-Osiris (1825-1907) vient d’être enfin inaugurée, en présence de nombreuses personnalités, à Paris à l’Institut Pasteur, une institution à laquelle il a légué sa fortune et dont il a été l’un des plus fervents soutiens. Cette figure unique, précurseur de nombreuses causes, comme des « Restos du cœur » avant l’heure, mérite d’être enfin reconnue dans toute sa singularité, à l’égal d’un Nissim Camondo (1892 – 1917), son contemporain, qui a laissé la fameuse demeure–musée du même nom à Paris.
 
Comme le rappelle joliment Pierre Assouline dans sa biographie de Camondo : « Il s’appelait Daniel Iffla mais, par décret impérial, avait ajouté “Osiris” à son patronyme (…). À la Bourse, il était connu de tous simplement comme Osiris. Rue La Bruyère (à Paris) où il possédait cinq hôtels particuliers dont celui où il vivait, on lui donnait avec respect et sympathie du Monsieur Osiris (…). Il était le prototype du mécène moderne doublé d’un homme d’œuvres (…). Son obsession philanthropique procédait à la fois de la tradition juive de la tsedaka (charité), des valeurs républicaines (…). Il fera édifier une statue en l’honneur de Jeanne d’Arc à Nancy, constituera une impressionnante collection de reliques napoléoniennes, léguera une fortune à l’Institut Pasteur, rachètera le domaine de La Tour Blanche (Sauternes) à Bommes, et offrira (le château de) la Malmaison à l’État à condition qu’on y poursuive le retour du mobilier d’origine et qu’un Pavillon Osiris y présente en permanence sa collection. »
 
Les jardins de l’Institut Pasteur ont désormais leur buste de Daniel Iffla et il était temps, comme l’ont rappelé les nombreuses personnalités venues pour l’inauguration. Le président de la Fondation Pasteur, le Professeur Christian Bréchot, a rendu hommage à « Osiris », qui a soutenu avec ses legs mais aussi son indéfectible engagement personnel, l’Institut Pasteur dans toutes ses activités et projets, de la recherche médicale à l’Institut du Radium.

Rose-Marie Van Lerberghe, présidente du conseil d’administration de l’Institut Pasteur, a, elle, rappelé l’importance et la valeur du « mécénat » pour l’Institut. Il a pu devenir un des premiers instituts internationaux de recherche médicale et scientifique, présent dans le monde entier, grâce à la générosité éclairée de personnalités comme « Osiris » et plus près de nous, avec le soutien de mécènes et de particuliers sur tous les continents.

La stèle et le buste de Daniel Iffla ont ensuite été relevés officiellement, devant la serre de l’Institut, du côté de l’entrée du 28, rue du Docteur Roux, dans ce gigantesque complexe parisien verdoyant qu’Osiris a beaucoup aidé à s’étendre.

Daniel Jarassé, Président de l’association des amis de Daniel Iffla- Osiris, et auteur en 2009 du livre référence « Osiris. Mécène juif, nationaliste français », aux Editions Esthétiques du Divers, a rappelé l’importance de la préservation de sa mémoire. En présence des nombreux membres de l’association qui oeuvrent à faire connaître d’Osiris, comme Marc Seviran, il a souligné la dynamique actuelle de la reconnaissance du rôle et des valeurs de Daniel Iffla.

Le « bateau-soupe » à Bordeaux

Comme le rappelle Daniel Jarassé, – également professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université de Bordeaux et à l’Ecole du Louvre, – dans la quatrième de couverture de sa biographie : « Qu’y a-t-il de commun entre offrir à l’Etat le château de Malmaison restauré (en 1904, pour en faire un musée national), ériger une statue de Jeanne d’Arc à Nancy ou de Guillaume Tell à Lausanne, acheter un cru de Sauternes, collectionner les reliques napoléoniennes, ouvrir pour les déshérités du port de Bordeaux un « bateau-soupe », véritable ancêtre des « restos du Coeur », rêver de restaurer le Temple de Jérusalem, et à défaut, financer une huitaine de synagogues, de Paris à Tunis, ou encore léguer une trentaine de millions à l’Institut Pasteur ? Ce sont quelques oeuvres originales d’un homme, Daniel Iffla, qui, sous le pseudonyme plus romanesque d’Osiris, voue sa fortune de brillant financier au mécénat, selon une mystique incarnant ses valeurs philanthropiques et nationalistes à travers un panthéon où se croisent Moïse, Jeanne d’Arc, Napoléon, Pasteur… »

Osiris vouait une immense admiration à Louis Pasteur (1822-1895) ce scientifique français, chimiste et physicien, pionnier de la microbiologie, qui a mis au point le vaccin contre la rage. Il l’a aidé pour que son Institut Pasteur, même après sa mort, puisse perpétuer son héritage.

A l’Institut, hormis le musée, en salle des Actes, une exposition spéciale rassemble aussi des documents et objets relatifs au legs et à la relation entre l’Institut Pasteur et Daniel Iffla- Osiris. Pour que l’histoire retienne son œuvre mais surtout pour que d’autres générations la perpétuent.

YOU MAY ALSO LIKE

0 COMMENTS

    Leave a Reply

    Your email address will not be published.