Mix énergétique

L'Inde veut tripler sa capacité de production nucléaire

Actualités

March 3, 2016

/ By



Face à des besoins énergétiques en pleine croissance, le gouvernement indien étudie la construction de nouvelles centrales nucléaires, notamment dans le Bihar, l’Haryana et le Pendjab, pour tripler dans la prochaine décennie sa capacité de production d’énergie nucléaire. Un énorme marché où les entreprises internationales, notamment américaines, russes, japonaises ou françaises, ont déjà mis un pied.

Le gouvernement indien a annoncé qu’il étudiait de nouveaux emplacements pour construire des centrales nucléaires et répondre à la demande énergétique en plein hausse d’une économie dont le rythme de croissance dépasse les 7% par an.

L’objectif est de tripler au cours des dix prochaines années la capacité de production d’énergie nucléaire du pays, de 4780 MW (Mégawatts) actuellement, à 13480 MW, a expliqué mercredi le ministre de l’Union Jitendra Singh devant la Chambre basse du Parlement, lors d’une séance de questions.

Il a ajouté que le gouvernement étudiait de nouveaux emplacements pour des centrales nucléaires, comme par exemple à Rajauli, dans le district de Nawada de l’Etat du Bihar, repéré depuis un an et demi déjà mais où l’on doit régler des problèmes de pénurie d’eau.

Parmi d’autres sites à l’étude, figurent Bulandshahr (Uttar Pradesh), Patiala (Punjab), Dehradun (Uttarakhand) et certains sites dans l’Haryana, a précisé M. Singh.

En attendant, l’Inde poursuit la montée en cadence de projets existants, comme la centrale nucléaire de Kudankulam, dans le Tamil Nadu, dont la deuxième unité sera opérationnelle en mai, après la première, qui l’est depuis janvier dernier.

Dans le budget indien 2016, 3000 crore roupies (3 milliards d’euros) annuels ont été alloués au secteur nucléaire.
“Dans le secteur de l’énergie, nous devons diversifier les sources de production d’énergie, pour assurer une stabilité à long terme. Le gouvernement élabore un plan global, couvrant les 15 à 20 prochaines années, afin d’augmenter l’investissement dans la production d’énergie nucléaire », a déclaré lundi le ministre des Finances, Arun Jaitley, lors de la présentation du budget 2016.

Pour les partisans de nouvelles centrales nucléaires, l’Inde n’a pas d’autre choix que de miser sur cette source d’énergie, pour éviter de trop dépendre, comme c’est le cas actuellement, des énergies fossiles tels le charbon ou le gaz, très polluantes, alors qu’elle doit mener sa transition vers des énergies renouvelables. Mais des instituts d’études spécialisés dans l’environnement, comme le Centre for Science and Environment (CSE) à Delhi, soulignent aussi les risques potentiels liés à l’énergie nucléaire et jugent indispensable de développer avant tout des sources d’énergie vertes, comme le solaire ou l’éolien, dans le mix énergétique.

L’Inde mène un programme d’énergie nucléaire essentiellement national et entend, d’ici 2050, à produire un quart de son électricité à partir du nucléaire.

Les entreprises publiques Power Corporation of India Ltd (NPCIL) et Bharatiya Nabhikiya Vidyut Nigam Ltd (BHAVINI) installent des centrales nucléaires à travers le pays. La Loi sur l’énergie atomique, adoptée en 1962, prévoit que les acteurs privés ne peuvent participer au processus qu’en tant que partenaires minoritaires d’une société publique.

Des groupes étrangers de différents pays, – Etats-Unis, Russie, Japon, Canada ou France, notamment – participent également à ce programme nucléaire. Le Français Areva a ainsi signé en 2009 un protocole d’accord avec NPCIL pour fournir jusqu’à 6 réacteurs nucléaires de type EPR à Jaitapur, dans l’Etat du Maharashtra, et en assurer l’approvisionnement en combustible pour 25 ans.

YOU MAY ALSO LIKE

0 COMMENTS

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *