Des mesures extrêmes contre la tricherie aux examens

Éducation : « thinking inside the box »

Actualités

Politique

Société

November 6, 2019

/ By / Delhi

Indes

media

Escalader les murs du lycée et soudoyer les surveillants d’examen pour passer des antisèches est monnaie courante en Inde, qui a connu une série de scandales de tricherie au cours des dernières années.

Récemment, une photo d’une salle d’examen avec des étudiants portant des boîtes sur la tête est devenue virale. La raison d’une telle démarche est une tricherie excessive. Ce sont les étudiants d’une école de gestion du Karnataka, dans le sud du pays, qui ont été obligés de porter des boîtes en carton sur la tête pendant un examen afin de décourager la tricherie. Le devant de ces boîtes découpé permettait aux étudiants de voir leurs pupitres et leurs feuilles d’examen tout en limitant leur champ de vision.

Depuis que la nouvelle est parue, l’école fait face à de nombreuses critiques. S. Suresh Kumar, secrétaire d’État à l’Éducation, a déclaré dans un tweet que cette pratique était « inacceptable ».

Une mafia de la tricherie

La tricherie pendant les examens n’est pas quelque chose de nouveau en Inde. Le pays a connu une série de scandales dans ce domaine ces dernières années. En 2015, une photo de personnes escaladant le mur d’un lycée pour aider les étudiants à passer leurs examens avait fait l’actualité.

Dans l’État du Karnataka, les questions d’un examen préparatoire aux études de médecine de mars 2016 ont fuité à deux reprises en l’espace de 10 jours, ce qui a contraint plusieurs étudiants à passer l’examen trois fois, provoquant donc de vives protestations. On a ensuite découvert qu’un proche du ministre de l’éducation médicale de l’État était impliqué dans la vente des questions d’examen, ainsi que de nombreux autres employés, et qu’il avait cherché à les obtenir pour aider son propre enfant. En arriver à ces extrémités pour réussir un examen montre clairement que les étudiants indiens passent à côté du réel objectif : acquérir une éducation.

En 2016, Saurabh Shrestha, le meilleur élève de la filière scientifique en classe 12 (équivalent de l’année de terminal en France) du Bihar, ne savait pas que l’eau et H2O étaient la même chose. Ruby Rai, l’étudiante major de promotion, a déclaré dans une interview étudier la « prodigal science » au lieu de la political science (soit la science du gaspillage au lieu de la science politique) et qui était, selon elle, un cours de cuisine. Lorsqu’on leur a demandé de repasser les tests, Ruby Rai ne s’est pas présentée et Saurabh Shrestha a échoué.

crop_kp_125869_1200x720

Des efforts sans résultat

Malgré la loi de 2004, le Right to Education Act, qui a été adoptée dans le but de faire comprendre l’importance de l’éducation, c’est un problème qui perdure en Inde. Et lorsque les autorités scolaires et universitaires essaient de prendre l’affaire en main, les étudiants cessent de se présenter aux examens. Ainsi, en 2018, quand le gouvernement de l’État d’Uttar Pradesh (au nord) a renforcé ses mesures de sécurité pour lutter contre la mafia de la tricherie, 661 643 étudiants, soit 10% du nombre total d’inscrits, ne se sont pas présentés aux examens. Dans cet État, certains étudiants ont quitté l’école parce qu’ils ne pouvaient pas tricher aux examens.

En observant rétrospectivement les nombreux efforts faits pour renforcer la sécurité, avec par exemple l’installation de caméras de vidéosurveillance ou encore l’embauche de surveillants supplémentaires, ils ont tous été vains. Un enseignant a été pris à dicter des réponses à ses élèves devant la caméra.

Le gouvernement a également tenté de mettre en œuvre diverses mesures pour freiner ce phénomène de tricherie, comme en Uttar Pradesh, où l’enregistrement vidéo des examens est devenu obligatoire et le nombre de policiers présents a été augmenté. Mais les enseignants considèrent que le problème est plus vaste. Par exemple, en Uttar Pradesh, le nombre d’écoles secondaires est très élevé (environ 2 152) et la plupart des écoles relèvent du secteur privé. Des écoles privées qui sont en grande partie en dehors de la juridiction du gouvernement et des écoles publiques qui sont largement sous-financées. Selon le rapport annuel sur l’état de l’éducation publié le 15 janvier 2019, l’écart entre les capacités d’apprentissage des élèves des écoles privées et publiques s’est élargi et près de 29% des étudiants ruraux choisissent de payer environ 100 roupies de frais de scolarité aux écoles privées au lieu d’aller à l’école.

Des pistes de solutions ?

« La première position que doit adopter toute institution académique est de créer un code éthique des examens », a déclaré Anita Bhattacharya à INDES. Cette professeure à la Ballygunge Shiksha Sadan School de Kolkata, a fait part de son point de vue sur l’incident des boîtes de carton : « Il est complétement honteux de voir des enseignants ou des surveillants d’examen accepter de faire quelque chose comme cela, même pour une minute, et donc à plus forte raison durant une heure. En tant qu’enseignants, nous savons que les élèves sont souvent réticents aux règles, mais nous devrions tout d’abord essayer de diffuser l’importance de l’éducation. Dans notre pays, avec un taux d’alphabétisation de 76%, il est vraiment honteux que des enseignants aient accepté de prendre des mesures aussi radicales. »

Les examens sont essentiels pour les étudiants et leurs parents. Le Premier ministre Narendra Modi a écrit un livre intitulé Exam Warriors, proposant des conseils pour les examens. Mais même cela ne peut permettre de surmonter les problèmes chroniques, tels que le problème du sous-effectif dans les écoles, celui du faible taux d’inscription et celui des programmes d’études. Les écoles n’ont ni électricité ni manuels appropriés, et le manque de toilettes et d’eau courante, en particulier pour les filles qui ont leurs règles, entraîne des taux d’abandon scolaire élevés. À l’heure actuelle, le système éducatif n’a pas encore trouvé de solution définitive aux problèmes.

YOU MAY ALSO LIKE

0 COMMENTS

Comment