L’Ayurvéda

La promesse du bien-être

Bien-être

September 17, 2016

/ By

Indes

septembre-octobre 2016

mig8

Une médecine indienne millénaire qui promet équilibre et bien-être. Voici quelques clés pour mieux comprendre l’Ayurvéda.

L’ayurvéda, signifiant « science de la vie » en Sanskrit, est un système thérapeutique complet, né en Inde il y a plus de 5000 ans. Le plus incroyable, c’est que cette pratique qui vise la préservation de l’équilibre physique, mental et émotionnel, répond parfaitement à nos besoins contemporains. Loin du stress de nos vies trépidantes, de la pollution de nos environnements, il s’agit d’etre de nouveau à l’écoute de notre corps et de ses petits maux négligés … Pourquoi ne pas se laisser tenter par une cure ayurvédique de quelques jours, voire de plusieurs semaines?

Reconnue en 1982 par l’OMS (Organisation Mondiale de la Sante) comme médecine traditionnelle, l’ayurvéda est pratiqué partout en Inde, notamment dans l’État du Kerala, dont il serait originaire. Dans cet État du Sud de l’Inde, la population a couramment recours aux soins et massages ayurvédiques et aux remèdes traditionnels élaborés à base de plantes. L’ayurvéda est une approche holistique enseignée à l’Université et pratiquée dans de nombreux hôpitaux, au même titre que la médecine clinique.

Le docteur Divya P., diplômée de l’Université ayurvédique de Kannur, au Kerala, nous dévoile quelques secrets de cette pratique millénaire.

Principes de base : équilibre et harmonie 

« Une personne est considérée en bonne santé lorsque sa physionomie est en équilibre, sa capacité de digestion et son métabolisme fonctionnent bien, ses tissus et ses fonctions d’excrétion sont normaux et son esprit, ainsi que tous ses sens, se trouvent dans un état de bonheur profond et constant », écrivait en 1000 avant Jesus-Christ Sushruta, l’auteur de l’un des textes fondateurs de l’ayurvéda. Aussi, cette médecine traditionnelle appréhende l’individu comme une unité :  corps-âme-esprit.

Chaque être vivant est relié à l’univers par cinq éléments fondamentaux : la terre, l’eau, le feu, l’air et l’éther.

Chacun de ces cinq éléments est présent dans des proportions plus ou moins importantes et comprend un éventail de qualités qui se manifestent d’une manière plus ou moins évidente chez chaque individu et selon les situations.

• L’élément air (Vayu) est gazeux et a des qualités impalpables. Il est léger, clair, sec et se disperse. Il est relié au
sens du toucher.

 • Le feu (Teja) est le pouvoir du changement et de la transformation. Il est associé à des qualités de chaleur, de sécheresse et présente un mouvement ascendant. Il correspond à la vue.

 • L’eau (Jala) est liquide, froide mais  aussi tendre et douce. Elle est assimilée au goût.

 • La terre (Prithvi) représente l’état solide et la pérennité. Elle est associée à des qualités de stabilité et de force. Elle correspond à l’odorat.

 • L’éther (Akasha) est si subtil qu’il est souvent oublié. Il est assimilé à l’étendue ou l’espace. Il est associé à l’ouïe.

Ces facultés s’expriment chez l’être humain en trois forces vitales appelées les doshas, qui représentent trois types de constitutions : vata, pitta et kapha.

Chacun naît avec une certaine proportion de ces trois doshas qui agissent ensemble sur le corps et l’esprit. Ces trois doshas ne sont pas statiques mais varient tout au long de la vie selon l’âge, l’environnement, les activités ou des facteurs extérieurs comme le climat, l’alimentation ou la pollution.

Enfin, trois actions extrêmement importantes participent à l’équilibre du corps et de l’esprit : la digestion, la respiration et la relaxation.

Digestion (Agni) : Agni gouverne le métabolisme. Il contrôle la digestion, l’absorption et la transformation de la nourriture ingérée, mais aussi les pensées, les émotions, l’air, le bruit ou les paroles… Agni est vital pour la santé quand il est De haut en bas et de gauche à droite : préparation d’un traitement ayurvédique ; thérapie ayurveda Netravati ; massage abhyanga, massage circulaire sur tout le corps à l’aide d’huile chaude équilibré. Il est donc nécessaire de libérer régulièrement toutes les toxines du corps et de manger des aliments sains, en accord avec son dosha dominant.

La respiration (Prana) : l’oxygène inspiré est indispensable au corps et au cerveau. Régénérer l’air que l’on respire permet de purifier l’intérieur de son être. Cependant, il s’agit de le faire dans les meilleures conditions possibles, à l’aide d’exercice de respiration similaire à ceux pratiqués dans le yoga.

mig9

Des traitements ayurvédiques

La méditation : elle permet d’ouvrir les centres d’énergie du corps, les sept chakras, et donc d’accéder à un apaisement progressif de l’esprit. Cet état permet de développer la concentration mais aussi de purifier le corps et de lui redonner toute sa vitalité.

Ainsi, la bonne santé dépend de l’équilibre entre les doshas. Pour le préserver ou le retrouver, l’ayurvéda possède un arsenal de traitements : préparations médicamenteuses à base de plantes, massages à l’huile et soins stimulants et détoxifiants. Il prône aussi la pratique régulière du yoga et de la méditation, et recommande une alimentation adaptée, plutôt végétarienne.

Une cure ayurvédique : equilibre et détox

Une fois par an, il est recommandé de détoxifier le corps : les toxines étant considérées comme sources de déséquilibre, de maladies et de fatigue. Toutefois, certains traitements pourront, en plus de la détox, favoriser l’amaigrissement ou améliorer l’aspect de la peau.

Le traitement commence toujours par une consultation approfondie avec un médecin : evaluation du poids et prise du pouls, observation de la langue, de la peau, de la morphologie, questions sur le mode de vie, les habitudes alimentaires, la digestion, le sommeil… Le spécialiste a besoin d’établir précisément le profil du patient, avant d’envisager un traitement  sur mesure.

La cure se compose de massages, et passe par l’absorption de médicaments naturels et un régime alimentaire complet, associes a une activité physique douce.

Le virechana effraie parfois les touristes occidentaux qui se voient contraints dans ce traitement de boire une grande quantité d’huiles destinées à purger le corps, provoquant parfois vomissements et diarrhées. Que l’on se rassure, sauf en cas de maladie grave, les médecins locaux adaptent en général le traitement !

Les massages se déroulent dans une pièce sombre et bien aérée. L’huile de coco ou de sésame, mélangée au curcuma et infusée de plantes, choisies en fonction de la constitution de l’individu, est au préalable chauffée, pour mieux décontracter les muscles et favoriser la diffusion des principes actifs des huiles. Au programme, le fameux shirodhara, écoulement d’un filet d’huile sur le front ; l’abhyanga, massage circulaire et enveloppant de tout le corps ; le dhanyamla dhara, eau chaude infusée de plantes spécifiques et versée sur le corps à un rythme régulier, ou encore, pour les plus téméraires, le chavutti thirumal, massage pratiqué avec les pieds…

D’autres patients auront droit au tharpanan, nettoyage des yeux grâce aux plantes ; au nasyam, purification du nez par l’introduction d’huile médicinale ou au dhoopanam, vapeur aux plantes pour déboucher les oreilles … Bref, un arsenal de techniques toutes dédiées à la détente et au rééquilibrage.

Les premiers jours de la cure, il est normal de se sentir un peu affaibli ou nauséeux : les toxines s’en vont, la circulation sanguine s’active et le corps s’adapte. Ensuite ? C’est la promesse d’un regain d’énergie, d’un meilleur sommeil, d’une bonne digestion, d’une plus jolie peau et d’un meilleur fonctionnement du corps en général. Les doshas rééquilibrés vont protéger l’organisme et dynamiser les défenses immunitaires.

Les bons conseils

La plupart des cures proposées aux touristes en Inde ou en Europe s’adaptent aux contraintes de la vie moderne et ne se déroulent donc pas toujours dans le strict respect des principes ayurvédiques. Toutefois, le Docteur Divya P. nous donne quelques astuces pour bien choisir sa cure et en tirer un maximum de bénéfices :

• Envisagez de faire une cure dans une période transitoire, comme au cours d’un changement de saisons, par exemple. Le corps est souvent affaibli dans ces périodes et c’est le bon moment pour s’en occuper.

• Veillez à ce que le centre de soin assure une première consultation avec un médecin ayurvédique diplômé. Les  « packages » généraux souvent proposés par les centres de soin doivent être adaptés à la constitution du patient.

• Prévoyez un minimum de 10 jours de cure. L’idéal étant au moins trois semaines.

• Renseignez vous sur la provenance des huiles et des herbes utilisées. Elles doivent de préférence être issues de l’agriculture biologique, pour éviter l’introduction de pesticides dans l’organisme.

• Pendant la durée du traitement – ou tout au long de l’année – il faut veiller à son alimentation en limitant les protéines animales et en ajoutant des épices (notamment curcuma et poivre) aux plats consommés. De même, évitez les stimulants comme le café, les thés forts ou l’alcool et préférez des boissons chaudes et des infusions.

• Espacez les repas d’au moins trois heures et essayez de dîner au moins deux heures avant de dormir.

• Pratiquez une activité physique régulière, de préférence du yoga, qui fait aussi travailler le souffle.

• Apprenez à réagir de façon positive  et à ne pas vous laisser envahir par des soucis qui perturberont l’organisme à long terme.

YOU MAY ALSO LIKE

0 COMMENTS

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *