Baby

Une unité secrète contre le terrorisme

Cinema

April 2, 2015

/ By

Indes

mars-avril 2015

baby

Après les attaques terroristes de Mumbai, en novembre 2008, une unité secrète nommée « Baby » est créée pour combattre le terrorisme. Ajay Singh Rajput (Akshay Kumar) est leur meilleur agent. Action et rebondissements sont garantis dans ce thriller, censuré au Pakistan, où le spectateur est tenu en haleine.

Les univers se succèdent et ne se ressemblent pas, dans Baby, le dernier film de Neeraj Pandey, sorti sur les écrans le 23 janvier.

De la Turquie à Mumbai, de Delhi à Katmandou, de Dubaï au désert d’Abu Dhabi, le spectateur accompagne au pas de course l’équipe choc « Baby » dans sa lutte internationale contre le terrorisme. Tenu en haleine par les multiples rebondissements à travers mosquées, bazars surpeuplés et immeubles de verre en bord de mer, le public ne s’ennuie pas. La seconde partie du film est particulièrement réussie et émaillée de grands moments d’action. Entre fusillades, personnages jetés à travers les vitres et fuites en hélicoptère, la tension est à son paroxysme.

L’intrigue, qui mène l’unité secrète indienne de mosquées en immeubles de verre est pourtant simple : la cellule « Baby », dirigée par Feroze Ali Khan (Danny Denzongpa, très bon), a été créée pour combattre, de l’autre côté de la frontière, le « cerveau » Maulana Rahman (l’acteur pakistanais Rasheed Naz). Ce dernier prépare une des plus importantes attaques terroristes de tous les temps.

Le film débute lors d’une opération pour secourir un agent indien en Turquie, quand Ajay Singh Rajput (Akshay Kumar), le meilleur élément de la cellule, découvre que des terroristes préparent un attentat contre un mall (grande surface commerciale) de Delhi. Il parvient à le déjouer mais n’est pas au bout de ses peines. Pour recueillir des informations concernant les autres attentats programmés, il part pour le Népal avec l’officier Priya (Taapsee Pannu). Cette dernière, dans une scène mémorable, se bat vaillamment contre l’ennemi. La mission se poursuit en Arabie Saoudite pour arrêter Bilal (Kay Kay Menon) fraichement échappé de prison.

L’un des meilleurs rôles d’Akshay Kumar

Akshay Kumar, 47 ans, personnage central du thriller, est surnommé dans la vie civile le « Jacky Chang indien ». Ici dans un de ses meilleurs rôles, il excelle tant dans les scènes d’action que dans celles de composition lorsque, par exemple, dans les toilettes de l’aéroport il panse ses plaies dans d’atroces souffrances.

Pandey Neeraj (A Wednesday, en 2008 et Special 26, en 2013) s’est inspiré des films d’espionnage américains, en particulier Argo, de Ben Affleck, sorti en 2012. Mais il l’a adapté au contexte indien, et en y ajoutant une touche de patriotisme, de sécularisme, et de valeurs familiales.Baby, qui a recueilli de bonnes critiques, est un bon succès au box-office indien. Mais la censure pakistanaise n’a pas apprécié le film, et l’a interdit. Selon elle, il donne une image négative des musulmans. Au Pakistan, on souligne aussique les personnages négatifs du film avaient des noms musulmans. Pandey Neeraj s’en est défendu, arguant que trois acteurs pakistanais jouaient dans son long-métrage, et qu’il ne montrait du doigt aucun pays ni aucune religion.

YOU MAY ALSO LIKE

0 COMMENTS

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *