Ecotourisme au Kerala

A la rencontre de ses habitants

Destination

October 27, 2015

/ By



XX

« Voyager sans rencontrer l’autre, ce n’est pas voyager, c’est se déplacer. » Alexandra David Neel

La beauté du paysage est saisissante. Les flancs des collines sont recouverts d’une nature luxuriante et sauvage ; l’ombre des bois de santal, des manguiers, des jacquiers ou des tamariniers est percée, çà et là, par le rouge éclatant des fleurs de kanaka ou « flamme de la forêt ». A la forêt touffue de banians géants aux troncs entrelacés succèdent, à perte de vue, des vallons plantés de buissons de caféiers ou de théiers aux infinies nuances de vert.

Nous sommes à Thekkady ou Periyar dans la partie sud des Ghats occidentaux. Cette région du Kerala est surtout connue pour la richesse de son immense réserve naturelle aménagée autour d’un lac central. Les touristes viennent ici pour apercevoir des écureuils géants, des chèvres Nilgiri Tahr, des gaurs ou bisons indiens ou encore des éléphants, des léopards et peut-être des tigres sauvages. Les randonnées encadrées dans la jungle ou la descente des cours d’eau en embarcations de bambou ont de quoi satisfaire les amoureux de la nature !

Pourtant ce matin, un guide très spécial, José Jacob, nous attend en dehors de la réserve, enthousiaste à l’idée de nous faire découvrir les savoir-faire et les joies de la vie simple que l’on mène dans sa province natale.

Scènes de la vie quotidienne

 

Paysages de Kumarakom

Paysages de Kumarakom

Antony nous reçoit dans son petit jardin entièrement consacré aux abeilles. Elles se trouvent par milliers dans des ruches bricolées : un casier de bois monté sur un pilier lui-même planté dans un pot de terre rempli d’eau empêchant ainsi les fourmis de s’attaquer à ce miel exceptionnel. Les plus petites d’entre elles produisent un miel délicat à l’arôme de cardamone ; il est récolté dans des ruches allongées, faites en terre cuite et suspendues aux pourtours de la maisonnette bleue ciel de notre hôte. L’apiculteur nous explique avec passion les techniques d’enfumage de ses ruches qu’il réalise à l’aide de la combustion de l’herbe d’éléphant. Inspiré, il nous révèle la façon infaillible de reconnaître un miel pur de tous mélanges.

Dans le village voisin, il nous faut gravir un long chemin de terre avant de rencontrer Rajeev et sa femme Priya. Elle nettoie la vaisselle du matin au seul point d’eau extérieur tandis qu’installé à l’ombre de leur modeste maisonnette, il travaille déjà à la confection des pappadams. C’est une sorte de grande galette ronde croustillante faite de farine de riz et de lentilles. Elle se mange frite et accompagne la plupart des plats à commencer par le fameux thali, le déjeuner traditionnel du Kerala. Pas du tout perturbé par notre présence, Rajeev façonne sa pâte en un long et épais serpentin qu’il coupe ensuite en rondelles égales. Ces dernières sont étalées en petits cercles réguliers qu’il faut encore disposer sur une toile de jute salée, pendant une demi-heure, avant de les conditionner. C’est enfin le bon moment pour savourer avec toute la famille les pappadams croquants en riant de nos essais infructueux à reproduire les gestes si bien maîtrisés.

Nous passons ainsi de maisonnettes en cabanes à la rencontre des habitants des petits villages de cette vallée verdoyante. Vincent Jospeh excelle pour sa part dans l’art de faire ressortir la richesse des arômes du café local. Jomsy et sa femme nous expliquent leur métier de fabriquants de chocolat, du jardin à l’assiette… A chaque fois, les rencontres sont sincères, chaleureuses et sympathiques.

A l’ashram de Shanthigiri, nous découvrons un invraisemblable jardin d’épices qui ressemble à une jungle … Ici, les plantations sont utiles et mesurées, servant à la consommation et à la production de produits ayurvédiques. Oubliant la cardamone et le poivre qui sont les épices reines de la vallée, le responsable du jardin est intarissable sur les multiples bienfaits du meen, des clous de girofle, du gingembre, de la cannelle, des noix de muscade, du cumin, du curcuma ou de la vanille…

Dans la même propriété paisible et rurale, Reshmi nous explique avec simplicité son activité de tisseuse de Mundus, ce long pan de tissu porté par les hommes du Kerala, enroulé autour de la taille.

Des savoir-faire valorisés

Ce programme appelé « Village life experience » fait partie d’une démarche novatrice en Inde visant à développer un tourisme responsable basé sur le développement économique et l’épanouissement de la population locale. Il vise aussi la préservation à long terme des ressources naturelles, culturelles et sociales et la valorisation de rencontres authentiques entre population locale et touristes.

 

Plantation de thé

Plantation de thé

En 2007, à la suite d’un grand colloque international, les autorités du Kerala ont décidé de la mise en place d’un premier programme test à Kumarakom, au bord du lac Vembanad, dans l’entrelacs des fameux backwaters, les canaux de la région de Kuttanad, au centre du Kerala.

Saroop Roy, le responsable et coordinateur des programmes au sein de KITTS, Kerala Institue of Tourism and Travel Studies, nous explique que cet ambitieux projet a d’abord consisté à recenser toutes les spécificités et les savoir-faire locaux, des plus simples aux plus complexes.

Comme si l’on flottait au coeur de la nature, notre barque avance doucement entre les jolies jacinthes d’eau blanches ou roses, nous laissant contempler les lagunes bordées de cocotiers, de bananiers, de manguiers, des goyaviers ou encore de jacquiers et, au loin, le vert éclatant des rizières. Le vol d’un martin-pêcheur ou d’un héron blanc nous tire du silence de notre rêverie. Nous approchons de petites maisons nichées dans la mangrove, entourées de plantations en fleurs aux belles couleurs franches.

Chez Gowri, quatre générations cohabitent dans la maison au bord de l’eau. Les jeunes mariées s’occupent de leurs nouveaunés tandis que leur mère nous propose un bon thé chaud et sucré accompagné de morceaux de tapioca tout juste cuits. La grand-mère s’est assise à l’ombre d’un figuier et tisse une large palme de cocotier qui servira à couvrir la toiture. Les femmes de la famille connaissent également l’art du Pulpaya ou la confection très ancienne de nattes lisses et légères, faites d’herbes séchées et utilisées pour s’asseoir ou s’allonger.

Saroop Roy nous explique que ses équipes ont cherché à valoriser, d’abord auprès des habitants eux-mêmes, des connaissances et des habiletés rares. Ils ont d’ailleurs réussi à créer des vocations comme celle de cet artisan qui reproduit à la perfection des miniatures de kettuvallams en bois d’anjali, les célèbres houseboats servant autrefois à transporter le riz ou les épices et reconvertis aujourd’hui en bateaux de croisière très originaux.

Dans le cadre de ce programme, des financements variés et des formations adaptées ont permis de faciliter la création de micro-entreprises familiales afin de permettre aux habitants de vendre directement leur production, qu’elle soit artisanale ou agricole. Le gouvernement du Kerala a aussi créé des coopératives et des magasins sous le label « Better Together » (C’est mieux ensemble) qui assurent aux producteurs une rémunération juste et stable.

Encadré par l’organisation Kudumbashree, qui lutte pour l’entreprenariat et l’émancipation des femmes les plus pauvres, un groupe a même ouvert au village un restaurant à succès, le Samrudhi Ethnic Food Restaurant.

Collaborations fructueuses

Tout de suite, on a émis l’idée de mettre en contact la population locale avec des partenaires privés engagés dans l’industrie du tourisme. Les membres de KITTS ont recensé les besoins journaliers des hôtels puis cherché à tisser un réseau de liens bénéfiques entre les habitants et les partenaires identifiés.

Ils ont ainsi favorisé le retour vers des pratiques agricoles traditionnelles que beaucoup de paysans avaient abandonnées en pensant s’enrichir rapidement grâce à la vente de leurs parcelles de terre. La culture du riz s’est étendue grâce à la possibilité de louer des terrains à bas prix. De nombreux agriculteurs, parmi lesquels des femmes, se sont lancés dans la culture biologique de légumes ou de fruits, stimulés par des formations et par l’utilisation de semences de bonne qualité fournies par le Grama Panchayat, le gouvernement local.

La vente aux hôtels-restaurants des productions artisanales, agricoles ou issues de la pêche locale, est assurée par un Comité formé de représentants du monde rural, du gouvernement local, du département du tourisme et de l’hôtellerie, qui fixent ensemble des règles sur les quantités, la qualité et le prix des produits.

De même, KITTS encourage fortement le recrutement d’employés locaux en fournissant aux hôtels et aux agences de voyage un annuaire détaillé des artisans, ouvriers, chauffeurs, jardiniers, photographes, artistes et autres professionnels locaux. Des cours de langues étrangères sont parfois organisés pour les volontaires.

Les magnifiques hôtels du groupe CGH Earth illustrent ces bonnes pratiques que le gouvernement du Kerala a décidé de promouvoir en décernant des labels et en diffusant un classement des hôtels ou maisons d’hôtes s’inscrivant au mieux dans cette démarche.

Un environnement respecté

L’hôtel Spice Village de Thekkady s’adapte parfaitement aux forêts environnantes grâce à ces éco-cottages disséminés dans une grande propriété. Leurs toits de chaume sont réalisés et rénovés par les habitants avec la fameuse herbe d’éléphant. Ils rappellent les huttes tribales de la région.

L’intérieur, simple et sobre, privilégie l’utilisation de matériaux naturels comme la fibre de coco, la pierre et le bois ; ici, pas d’air conditionné, juste une architecture ingénieuse qui utilise au mieux le souffle du vent.

L’hôtel emploie en majeure partie des villageois qui s’occupent d’une petite fabrique de papiers recyclés et entretiennent un grand potager bio en partageant leurs secrets pour éloigner les insectes sans utiliser de produits chimiques.

La réception du Coconut Lagoon nichée entre les rizières et les canaux est un exceptionnel tarawad, une maison de bois traditionnelle du Kerala, vieille de plus de 400 ans. A quelques pas se trouve une jolie boutique d’artisanat local qui propose vannerie, tissage, petits bijoux, encens ou savons naturels achetés directement aux habitants.

Le restaurant sert de succulents plats à base de poisson frais et initie même ses hôtes aux recettes kéralites du chef.

Plus largement, KITTS mène de grandes campagnes de sensibilisation auprès des habitants pour les inciter à protéger l’écosystème de leur région. A Kumarakom, un programme de restauration de la mangrove implique les hôtels et les riverains qui s’engagent à des plantations régulières.

On tente d’apporter des solutions au grave problème du recyclage des ordures, question récurrente au Kerala. Des fermiers sont formés au tri des déchets et au compost. De même, de plus en plus d’hôtels mènent une politique volontariste dans ce sens.

 

Une grand-mère tisse une large palme de cocotier qui servira à couvrir la toiture

Une grand-mère tisse une large palme de cocotier qui servira à couvrir la toiture

Tout récemment, KITTS a confié à une petite fabrique la confection de sacs en tissus recyclés qui seront distribués en nombre afin de sensibiliser les villageois aux problèmes causés par l’usage non maitrisé du plastique. Ces démarches pédagogiques, cette volonté de dialogue et ces efforts menés par le gouvernement du Kerala pour créer un tourisme plus équitable, plus durable et plus participatif, ont été récompensés en 2014 par l’Organisation Mondiale du Tourisme et le prix de l’innovation dans le domaine public et de la gouvernance. Le programme « Kerala village life experience » est étendu à trois autres destinations : les plages de Kovalam, les collines de Wayanad et le patrimoine de Bekkal, au nord de l’Etat.

Au fil de l’eau, nous rencontrons Latha qui travaille la fibre de coco tandis que sa voisine récolte des clams. Plus loin, c’est un potier qui pétrit une masse d’argile. Une femme roule des feuilles de tabac en interpellant une autre villageoise occupée à faire une lessive sur les bords du canal. Après une dernière rencontre avec d’étonnants pêcheurs qui utilisent des arcs et des flèches, notre journée d’excursion s’achève en nous laissant le souvenir de rencontres vivantes et enrichissantes.

La famille de notre guide canotier de Kumarakom nous salue depuis l’autre rive. Il doit bien vite rentrer se reposer car demain il participe à la plus importante compétition de Snake-boats de l’année, une course qui rassemble des dizaines de bateaux de course en bois, longs et effilés. Un défi à ne pas manquer !


 

INFORMATIONS PRATIQUES

Periyar – Thekkady
Comment s’y rendre : En avion, voiture ou bus
L’aéroport le plus proche est celui de Kochi, Kerala.
Comptez ensuite environ 5h de route dans un paysage magnifique.
De nombreux taxis font la liaison ou bien 7 bus directs partent de Kochi dans l’après-midi et la soirée.
Où se loger :Spice Village,
www.cghearth.com Magnifique hôtel avec une démarche éco-responsable très poussée. Un peu cher mais de nombreuses activités sont incluses dans le prix de la nuitée.
Lake Palace KTDC, http://www.lakepalacethekkady.com/
Seul hôtel au coeur de la réser ve,accessible en bateau avec une vue magnifique et de vrais efforts menés pour sauvegarder l’environnement.

Carmelia Haven Resort http://www.carmeliahaven.com/
Joli éco-hôtel au coeur d’une plantation de thé et d’un beau jardin d’épices. Un peu plus loin de la réserve. Prix très abordables.
Bamboo Groove, http://periyartigerreserve.org
Eco-cottage tenu par les guides de la réserve ; rustique mais au plus proche de la nature.

Kumarakom

Comment s’y rendre :En avion, voiture ou train
L’aéroport le plus proche est celui de Kochi.
Vous pouvez prendre un train jusqu’à Kottayam qui est à seulement 16 kms de Kumarakom. Un trajet en taxi depuis Kochi est aussi pratique, comptez environ 2h30 de route.
Où se loger :
Coconut Lagoon, www.cghearth.com
Magnifique éco-cottages traditionnels au bord de la lagune accessible en bateau.
Un centre ayurvédique réputé et un restaurant délicieux. Une expérience à vivre …
Vivanta by Taj, http://www.vivantabytaj.
com/kumarakom-kerala/overview.html
De beaux cottages construits de façon
raisonnée dans un univers protégé. Luxe,
calme et raffinement.
Waterscapes KTDC, http://www.
waterscapeskumarakom.com/
Avec des prix plus raisonnables,
ce complexe touristique se trouve
idéalement situé et propose de belles
activités dans le respect de la nature
environnante.

 

YOU MAY ALSO LIKE

0 COMMENTS

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *