L’Inde s’ouvre au végétalisme

Le mouvement végétalien en pleine croissance

Actualités

Tendances

June 6, 2017

/ By and / Kolkata



Le mouvement végétalien prend de l’ampleur en Inde

Le mouvement végétalien prend de l’ampleur en Inde

Mode de vie ou choix moral, le végétalisme, une pratique de consommation excluant les produits animaux, se popularise en Inde et le nombre des adeptes du « Mouvement végétalien indien » augmente. Leur devise est de manger des produits sains et de respecter l’écologie.

Pour les Indiens, les habitudes alimentaires sont une expérience culturelle et émotionnelle plus qu’un simple choix alimentaire. Un Bengali (Nord-est de l’Inde) aura un penchant « naturel » pour le poisson, un Punjabi (Nord-ouest) pour le « ghee » et le beurre. Mais heureusement, la tendance se tourne aujourd’hui vers un mode de vie plus sain.

« Être un végétalien n’affecte en rien vos capacités musculaires. Les protéines animales peuvent être compensées par des sources alternatives. Il est faux de croire qu’un régime végétalien affaibli l’organisme », indique Neeranjan Saha, activiste végétalien de Kolkata.

Qu’est-ce que le végétalisme ?

Le végétalisme est un mode de vie qui vise à exclure, autant que possible, toutes formes d’exploitation et de cruauté envers les animaux, que ce soit dans alimentation, l’habillement ou autres, telles que définie par la « Société végétalienne ». Le végétalisme dénonce également la fréquentation des zoos, des aquariums ou la participation aux courses de chevaux ou de chiens.

Les grandes vedettes indiennes se tournent également vers le végétalisme. Richa Chaddha, par exemple, est une végétalienne active. Dans un rapport publié par PETA (« Pour une Éthique dans le Traitement des Animaux »), Richa Chaddha indique, « Je suis devenue végétalienne (cela convient à mon organisme et je me sens en meilleure santé) et je suis un régime sans gluten. » La réalisatrice Kiran Rao, elle aussi végétalienne déclarée, a influencé sont mari, Aamir Khan, à devenir végétalien lors de ses 50 ans. « Elle a fini de me convaincre que les végétaliens sont en avance sur les non-végétariens, et même les végétariens », a confié Aamir Khan après avoir visionné une vidéo sur le régime végétalien et ses bénéfices que lui montrait sa femme.

 

L’actrice Richa Chaddha, porte-drapeau du végétalisme en Inde

L’actrice Richa Chaddha, porte-drapeau du végétalisme en Inde

Alok Mandal, médecin du renom, ajoute, « Bien que déjà très répandue à l’étranger, le végétalisme est une tendance récente en Inde. Notamment par manque de produits de substitution et de choix permettant de suivre ce régime. Sans compter que les produits végétaliens se vendent très cher sur le marché indien. En Inde, des alternatives plus appropriées et moins chères restent à développer. Quoi qu’il en soit, contrairement à la croyance populaire, un régime végétalien peut avoir un impact bénéfique sur la santé. Il faut juste trouver le bon équilibre alimentaire. »

Les réseaux sociaux jouent un rôle très important dans la promotion du végétalisme en Inde. Nayan, un ancien non-végétarien, a été invité via Facebook à un événement à Mumbai où était servie une collation végétalienne : thé et « pakoras » de tofu. « Ce n’était pas aussi mauvais que je m’y attendais. J’ai changé mes habitudes alimentaires depuis ce jour-là. Au-delà du régime alimentaire, je me suis rendu compte que mon style de vie avait toujours ignoré la violation des droits des animaux. Ça m’a bouleversé et changé au point de m’engager dans ce mouvement écologiste. »

Le végétalisme se limite-t-il aux choix alimentaires ?

Nous avons rencontré Abhay Rangan, fondateur de la SARV (Association de défense des droits des animaux et du végétalisme), et de Veganarke, start-up de Bangalore qui produit des substituts sains à base de plantes :

– Comment êtes-vous impliqué dans le mouvement végétalien en Inde ?

J’ai fondé la SARV quand j’avais 16 ans. Depuis, principalement grâce à l’aide de jeunes volontaires de Bangalore, nous avons mené plus de 250 campagnes. Il y a un an et demi, j’ai monté la société Veganarke, qui prolonge l’action associative de la SARV. Veganarke a pour but de redéfinir le concept d’alimentation dans la société et de proposer des produits abordables à la population de Bangalore (pour le moment). Par exemple, notre fromage frais aux cacahuètes se vend 60 roupies (environ 80 cents) le litre.

– Pour vous, le végétalisme est plus un choix alimentaire qu’un choix moral ?

Pour moi, le végétalisme est un positionnement politique. Choisir le végétalisme pour des raisons alimentaires, c’est mettre l’homme au cœur du concept. Or, ce n’est pas le propos. Lutter contre la torture animale et l’abattage en nombre, tout au long de l’année, doit être au centre des préoccupations et du choix. Bien que le changement de régime alimentaire soit un aspect fondamental du végétalisme, ce n’est pas sa principale raison d’être.

 

Fromage frais aux cacahuètes, le substitut végétalien proposé par Veganarke

Fromage frais aux cacahuètes, le substitut végétalien proposé par Veganarke

Et Abhay Rangan de conclure, « Il reste encore beaucoup à faire en termes de libération animale. Beaucoup de mouvements analogues se développent partout dans le pays, surtout dans les métropoles. Les alternatives végétaliennes se multiplient, que ce soit en termes de d’alimentation ou de mode de vie. Le plus important c’est que la population indienne est de plus en plus sensible à la condition animale, un courant qui prend lentement de l’ampleur. »

Similar Articles

YOU MAY ALSO LIKE

0 COMMENTS

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *