Jaipur se met aux couleurs du teej

Festival

November 19, 2015

/ By

Indes

Sep-Oct 2014



fastivel

Au rythme des saisons ou pour célébrer telle ou telle divinité, les festivals ponctuent la vie des Indiens. Débauches de couleurs et de bonne humeur, ces manifestations ancestrales attirent désormais les touristes, y compris des Occidentaux. A Jaipur, la capitale du Rajasthan surnommée la « ville rose », le festival Teej – qui se déroule durant la mousson – est dédié à Shiva et à son épouse Parvati.

Fière, intense, joyeuse. Durant deux jours Jaipur a vibré au rythme effréné du festival Teej. Tantôt trempée par la mousson, tantôt engourdie par la chaleur, la ville rose, tout entière avec ses habitants et ses visiteurs de passage, s’est laissée enivrer par l’ardeur des célébrations. Teej est la fête des mariées. Jeunes et nouvellement unies, plus âgées et rompues à leur rôle d’épouse, les Indiennes profitent de ces journées sacrées pour demander les faveurs du dieu Shiva et de la déesse Parvati. Selon la mythologie indienne, Shiva et Parvati, emblème de l’épouse aimante et dévouée, s’unirent ce jour-là après de longues années de séparation. La commémoration de cette union est considérée comme propice à une longue vie et à l’harmonie au sein des foyers.

Teej, c’est aussi la célébration de la vitalité. Après des mois de sécheresse et de chaleur étouffante, les premières pluies estivales sont accueillies avec faste. La terre assoiffée retrouve ses couleurs et son abondance, les collines alentour couvrent l’horizon d’un vert imprenable. Les habitants quant à eux s’adonnent aux festivités annuelles, se parent de belles étoffes et d’ornements précieux, préparent des mets raffinés et apprécient les jeux du moment. Les femmes s’ornent les mains et les pieds de motifs délicats peints au henné et s’habillent du traditionnel sari lahariya, aux imprimés « tie-dye » typiques de la région. Dans les villages alentour, les jeunes filles se réunissent traditionnellement autour de balançoires spécialement disposées et décorées pour l’occasion. Chants et rires sont au rendezvous.

Pour les amateurs de sucreries, le festival Teej est également l’occasion de déguster le « ghewar », spécialité confectionnée à base de ghee (beurre clarifié), de farine et de sirop de sucre. Ce mets typique est considéré comme une offrande aux divinités, ou « prasad ». En forme de disque, souvent rehaussée de fruits secs et présentée dans différents coloris, cette gourmandise moelleuse et particulièrement sucrée n’est disponible qu’en été pendant la période de la mousson. Connue pour la qualité savoureuse de son ghee, Jaipur est l’une des destinations préférées pour déguster ces spécialités de saison.

 

Les danseurs sont habillés de costumes multicolores

Les danseurs sont habillés de costumes multicolore

Jaipur dans toute sa splendeur

Le festival Teej est l’excuse parfaite pour laisser filer le temps et s’accorder quelques excès légers. Au centre des célébrations, la fameuse procession organisée au coeur du vieux Jaipur est d’ailleurs l’occasion de retrouver le panache et l’exubérance propres au Rajasthan. Alors que des milliers de spectateurs envahissent les trottoirs de la ville pour admirer le cortège, les troupes, elles, attendent avec impatience de faire leur entrée par la porte de Tripolia, en face du City Palace. Ici, ce ne sont pas seulement les fanfares mais les éléphants, les dromadaires, les chevaux immaculés, les buffles et les personnages tout droits sortis des mythes qui rythment le défilé du Teej. Coiffés de savants turbans, vêtus selon leur rôle dans le cortège – costumes blancs lamés d’or, rose fuchsia bordé de vert, pourpre, les hommes mènent la marche avec une allure et une assurance presque insolentes. Plus typiques, les jeunes femmes en costumes traditionnels rappellent l’hommage à la déesse Parvati. Fascinantes attractions, les animaux sont également maquillés et parés de mille couleurs. L’apogée de la procession arrive avec le défilé du palanquin transportant l’idole de la déesse Teej, incarnation de Parvati elle-même. Du haut de son trône argenté, soulevée par huit porteurs vêtus de rouge, mata Teej clôt le défilé en grande pompe. A son passage parmi la foule, elle sera couverte de pièces de monnaie lancées par les habitants en guise de prières et de souhaits de bonheur. La procession, déployée sur un kilomètre au coeur de la vieille ville, est répétée le lendemain.

 

La statue de la déesse Teej est transportée hors des murs du Palais de Jaipur

La statue de la déesse Teej est transportée hors des murs du Palais de Jaipur

Attirer davantage de monde

Traditionnellement fêtée depuis des décennies par la ville de Jaipur, Teej tente aujourd’hui de trouver un nouveau souffle. Largement apprécié par les Indiens mais peu connue des touristes étrangers; grandiose et surprenante mais similaire d’une année sur l’autre, le festival s’évertue à attirer un plus large public. Pour 2014, la ville a profité de l’occasion pour mettre en valeur des endroits tels que le lac Talkatora et le parc Pondrik à travers des événements inédits. Illuminés et généreusement décorés, ils accueillent des activités nocturnes qui permettent aux visiteurs de prolonger les festivités au-delà des horaires et des espaces habituels. En ligne de mire, les touristes étrangers ont de leur côté pu assister aux festivités depuis un point de vue privilégié spécialement aménagé pour eux. Emplacement stratégique, un siège pour chacun, distribution de ghewar et de boissons, tout a été mis en place pour permettre à des touristes souvent sceptiques quant à la sécurité et à l’organisation lors de ces événements de masse, d’apprécier pleinement les célébrations du Teej. Pour Shailendra Agarwal, Secrétaire général du tourisme au Rajasthan, « les Rajasthanis et en particulier les habitants de Jaipur sont les plus grands amateurs de festivals, de tout type de festival. » Actuellement au nombre de quatre à Jaipur ces célébrations annuelles devraient se développer davantage encore au fil des ans, enrichies par la volonté des autorités de mettre en avant ces événements hautement colorés. Rendez-vous donc l’an prochain pour un nouveau festival Teej appelé à faire frémir une nouvelle fois la ville rose, avec peutêtre plus de surprises encore.

 

Dans les coulisses du festival de Teej

Dans les coulisses du festival de Teej

YOU MAY ALSO LIKE

0 COMMENTS

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *