Himalaya – Aventures, Méditations, Vie

Des sommets de tranquillité

Littérature

January 31, 2017

/ By

Indes

janvier-février 2017

L ’homme est depuis toujours en quête de « bien-être ». Défini et interprété de multiples façons, c’est d’abord un état d’équilibre entre l’esprit, le corps et l’âme, aboutissant à un sentiment total de plénitude. Plus que jamais, de nos jours, devant les assauts de la modernité et du consumérisme, le bien-être reste très recherché, comme en témoigne le développement rapide en Inde du tourisme autour de cette notion, que ce soit à travers des voyages organisés, des sessions de méditation, des circuits de découverte et d’aventure ou des soins rajeunissants prodigués dans des spas : la liste n’est pas exhaustive.

S’il est bien un lieu où l’on peut expérimenter un tourisme du bien-être, c’est l’Himalaya. En particulier, dans la vaste partie indienne de cette plus haute chaîne de montagnes au monde, on peut méditer, vivre l’aventure ou même, qui sait, rajeunir en profondeur.

Au gré des millénaires, ces montagnes majestueuses ont vu naître des civilisations et abritent toujours une biodiversité à l’élan vital irrépressible. Rien d’étonnant à ce que voyageurs, explorateurs, alpinistes, naturalistes et pèlerins les explorent toujours avec la même passion.

Cet engouement se reflète dans une anthologie intitulée fort à propos « Himalaya – Adventures, Meditations, Life » (Himalaya – Aventures, Méditations, Vie). Edité par Ruskin Bond et Namita Gokhale, ce volume de 444 pages est composé de 50 essais. Il n’est pas encore traduit en français mais cela ne saurait tarder, selon nous.

Les plus belles plumes y fournissent un écrin éclatant à l’Himalaya : Fa-Hsien, Pundit Nain Singh, Heinrich Harrer, Fanny Parkes, Dharamvir Bharati, Arundhathi Subramaniam, Rahul Sankrityayan, Amitav Ghosh, Jawaharlal Nehru, Frank Smythe, Paul Brunton, Edmund Hillary, Mark Twain, Sarat Chandra Das, Dom Moraes et Manjushree Thapa.

Les deux éditeurs ont contribué, eux aussi, à ce panorama unique.

Dans la préface de cette anthologie, Ruskin Bond, qui vit dans la région de l’Himalaya, à Mussoorie, dans l’Uttarakhand, depuis plus d’un demi-siècle maintenant, observe : « Vivre dans les montagnes n’est pas idyllique pour tous. Arracher une vie à la terre calcifiée et pierreuse ne laisse pas beaucoup de temps pour la poésie et la contemplation. Toutefois, les montagnes me sont devenues très chères, comme elles le sont aux autres écrivains qui y ont élu domicile. Ou peut-être, l’Himalaya nous a appris l’humilité. Nous savons que le seul fait de vivre et d’aider nos semblables tout au long de la vie, cela suffit ; c’est plus grand que tout art. »

Surnommée « Giriraj » (le « roi des montagnes »), la chaîne d’Himalaya est une source d’inspiration et d’émerveillement depuis le début de l’humanité, écrit Namita Ghokale, en introduction du livre.

Dans le segment d’ouverture, « Aventures », deux récits assez différents captivent le lecteur: « Préparations à l’Everest », de George Herbert Leigh Mallory, qui a participé à trois expéditions anglaises infructueuses pour conquérir l’Everest ; et « Le Sommet » d’Edmund Hillary, qui a atteint ce plus haut sommet du monde, avec le sherpa Tenzing Norgay

La narration de Mallory a l’empreinte du « conquistador colonial » dans sa perspective et son approche.

Au contraire, la camaraderie d’Hillary avec Tenzing est, elle, à la fois implicite et exprimée affectueusement. Dans la même section, un essai de Mark Twain, « Un train pour Darjeeling », apporte une note plus légère.

Nehru en prison à Dehradun

« Méditations », la deuxième section, se compose de textes écrits notamment par Paul Brunton, Swami Vivekananda et Lama Anagarika Govinda, mais aussi d’extraits de classiques comme « Le léopard des neiges » de Peter Matthiessen ou « Un voyage au Ladakh », d’Andrew Harvey. Une traduction du texte hindi « Les voyages de Swami Haridas », de Rahul Sanskrityayan, surprend agréablement, passant avec aisance de l’humour à la contemplation.

Dans la dernière section, « Vie », la parole est aux auteurs que l’Himalaya a accueillis, à un moment ou à un autre, tels Ruskin Bond, Bill Aitken, Jenima Diki Sherpa ou Jawaharlal Nehru.

Dans un extrait du chapitre « Amis en prison » de son autobiographie « Vers la liberté », Nehru décrit ainsi son séjour derrière les barreaux à Dehradun, dans l’Uttarakhand, sous la férule des colonisateurs britanniques.

Le beau texte d’Amitav Ghosh nous emmène, lui, dans la vallée troublée du Kashmir et notamment à Siachen, ce champ de bataille le plus haut au monde, où l’Inde et le Pakistan sont englués dans un conflit tragique et inutile.

Gokhale écrit fort justement : « C’est dans l’Himalaya que déferle la vie, avec toute sa grâce et sa part de terreur », révélée ou cachée. Il ajoute : « Cette anthologie tente de capturer un peu de sa complexité et de son immensité, en voyageant à travers le temps, l’espace et en changeant d’altitude. Beauté et mélancolie, courage et défaite, philosophie et poésie nous surprennent et nous éclairent dans ces pages. Ce qui reste à la fin, c’est le sentiment d’intimité, d’exaltation et oui, de désolation, de ces rudes montagnes, ‘témoins naturels et moqueurs des entreprises humaines’. »

YOU MAY ALSO LIKE

0 COMMENTS

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *