Le cricket contre le sexisme ?

Deux joueurs de cricket suspendus après des propos sexistes

Société

February 9, 2019

/ By / Delhi

Hardik Pandya, Karan Johar et KL Rahul lors de l'émission Koffee with Karan.

Hardik Pandya, Karan Johar et KL Rahul lors de l’émission Koffee with Karan.

Suite à des déclarations misogynes, les ennuis n’en finissent pas pour Hardik Pandya et KL Rahul. Après les critiques sur les réseaux sociaux et une suspension par la haute instance du cricket, finalement levée, une enquête de police a été ouverte à Jodhpur contre les célèbres joueurs de cricket.

Après avoir tenu, en décembre dernier, des propos sexistes dans l’émission-débat Koffee with Karan, animée par le cinéaste Karan Johar, les ennuis ont débuté le 11 janvier pour les deux célèbres joueurs de cricket, Hardik Pandya et KL Rahul, lorsqu’ils se sont vus renvoyés du tournoi One-Day International, qui avait lieu en Australie. Ils ont été renvoyés en Inde afin de répondre, devant la haute autorité de ce sport, aux charges de « mauvaise conduite et d’indiscipline ».

Lors de la diffusion de l’émission, les propos des deux joueurs ont créé une polémique sur les réseaux sociaux, en particulier ceux de Hardik Pandya. Il a expliqué, entre autres, qu’il aime « observer comment les femmes bougent » en boîte de nuit pour « mieux les imaginer ». Il s’est également vanté de ses nombreuses relations, notamment en racontant l’histoire d’une fête où, répondant à ses parents qui l’interrogeaient sur l’identité de sa petite amie, il a montré du doigt plusieurs femmes en disant : « Quelque chose se passe avec chacune d’entre elles ». Au cours de l’émission, il a également fait référence à la « culture noire et des Antilles » lorsqu’il évoquait sa manière de traiter les femmes, appropriation jugée indécente par les fans.

Suite à la diffusion de l’émission, les joueurs, faisant face à de nombreuses critiques, ont présenté leurs excuses sur les réseaux sociaux, mais cela n’a pas suffi à convaincre le BCCI (Board of control for cricket in India), l’instance à la tête du sport national indien, dont le président Vinod Rai a appelé à l’interdiction de deux matches pour les joueurs, jugeant leurs propos « très grossier ».

Au sein de l’équipe nationale, Virat Kohli, le capitaine, a qualifié ces propos d’« inappropriés » juste avant leur suspension. Le joueur Harbhajan Singh a, lui, très fortement condamné le comportement des deux joueurs en affirmant qu’ils avaient ruiné leur propre réputation mais qu’ils avaient également porté atteinte à la réputation de la « fraternité indienne » dans le sport. Comme Virat Kohli, il a pris ses distances en expliquant que l’équipe n’avait jamais créé ce genre de culture et que les deux joueurs avaient « perdu la confiance de leurs coéquipiers. »

« Je ne voyagerai pas avec ces deux types dans le même bus, car si ma fille ou ma femme voyageaient dans le bus de l’équipe… que ressentiraient-elle ? Vous ne regardez les femmes que sous un seul angle ? Ce n’est pas bien » a déclaré Harbhajan Singh à India Today.

Le 24 janvier, l’interdiction de jouer a finalement été levée, après que le comité des administrateurs de la BCCI ait demandé à la Cour Suprême de nommer un médiateur pour enquêter sur cette affaire. La BCCI affirme que cette décision est temporaire, en attendant « la nomination et le jugement des allégations ». L’institution a également répondu à la controverse en précisant : « On examinera même si les joueurs devraient être autorisés à participer à de telles émissions qui n’ont rien à voir avec le cricket. »

Mais l’affaire ne s’arrête pas là, c’est maintenant une enquête policière qui a été ouverte par la police de Jodhpur, visant non seulement les deux joueurs, mais également le présentateur du programme, Karan Johar.

Ce ne sont pas les premiers joueurs de cricket suspendus après des propos sexistes : en janvier 2016, le joueur jamaïcain Chris Gayle avait été temporairement exclu de son équipe après avoir fait des avances à la journaliste sportive Mel McLaughin lors d’une émission en direct.

YOU MAY ALSO LIKE

0 COMMENTS

Comment