Rebondissements au Maharashtra : La drôle de coalition d’Uddhav Thackeray

Actualités

Politique

December 2, 2019

/ By

Indes

shiv-sena-president-uddhav-thackeray-takes-oath-as-maharashtra-cm

Après avoir connu un mois d’inertie et de vacance du pouvoir, l’État du Maharashtra a été le théâtre de multiples rebondissements politiques et a vu la formation de deux gouvernements successifs à seulement cinq jours d’intervalle. Dénouement de cette crise, le Shiv Sena voit finalement son leader, Uddhav Thackeray, devenir le ministre en chef (CM ou Chief Minister) à la tête d’un gouvernement issu d’une étrange coalition entre ce parti d’extrême droite, et deux partis de centre gauche, le Nationalist Congress Party (NCP) et le Congrès.

Après l’annonce des résultats des élections régionales du 24 octobre, le Maharashtra, l’État le plus riche du pays où se trouve la capitale économique Mumbai, a dû faire face à une véritable crise politique. Si le parti nationaliste hindou du Bharatiya Janata Party (BJP) a remporté le plus grand nombre de sièges, 105, celui-ci ne constituait toutefois pas la majorité nécessaire de 145 sur le total des 288 sièges. Il comptait donc sur son allié naturel et traditionnel, le Shiv Sena, et ses 56 sièges, pour constituer un nouveau gouvernement, comme lors du dernier mandat. Mais, faute d’accord sur la répartition des portefeuilles, en particulier celui de ministre en chef qui, selon le Shiv Sena, devait revenir à son leader et fils du fondateur Bal Thackeray, Uddhav Thackeray, pour la moitié du mandat, et donc faute d’alliance, le chef local du BJP et ministre en chef sortant, Devendra Fadnavis, a été dans l’incapacité de déclarer une majorité au gouverneur de l’État, Bhagat Singh Koshyari, qui a, le 12 novembre, imposé le President’s rule, soit le « régime du président », qui confère temporairement le pouvoir au centre.

Margé des précautions, telle que le logement des députés dans des hôtels pour éviter des tractations non souhaitées par les partis, cette crise politique est arrivée à son paroxysme avec le coup de force de Devendra Fadnavis. Le ministre en chef BJP sortant  a organisé, en catimini, après une levée de la President’s rule au petit matin du 23 novembre, sa prestation de serment en tant que ministre en chef, avec Ajit Pawar du Nationalist Congress Party (NCP) en tant qu’adjoint, alors même qu’une sortie de crise s’esquissait enfin, avec les déclarations du 22 novembre d’une nouvelle alliance peu conventionnelle entre le parti nationaliste hindou du Shiv Sena, et les partis de centre gauche, le Nationalist Congress Party (parti qui avait remporté 54 sièges) et le Congrès (qui avait remporté 44 sièges), annonçant un consensus sur le choix d’Uddhav Thackeray comme ministre en chef.

Ce passage en force a provoqué l’ire du NCP – dont le chef et fondateur, Sharad Pawar, a expliqué qu’Ajit Pawar, son neveu, avait agi à titre personnel et n’engageait pas le parti –ainsi que des autres partis, qui ont saisi la Cour suprême. Après que celle-ci ait ordonné l’organisation, rapide (pour le 27 novembre) afin d’éviter les tractations, d’un « floor test », un vote de confiance, soit un décompte à l’Assemblée afin de déterminer l’existence d’une majorité, Ajit Pawar a finalement, dès le 26 novembre, démissionné de son poste de ministre en chef adjoint, entraînant dans la foulée celle du ministre en chef, Devendra Fadnavis, et cela, moins de quatre jours seulement après leur prestation de serment, laissant ainsi le champ libre au leader du Shiv Sena et à sa coalition. Les gros titres des journaux du 22 novembre redeviennent donc alors valides, Uddhav Thackeray sera bien le 19e ministre en chef du Maharashtra.

Uddhav Thackeray a donc finalement été invité par le gouverneur de l’État à prêter serment, ainsi que six autres ministres, deux de chaque parti de la coalition, le 28 novembre, au Shivaji Park de Mumbai, lieu d’une grande importance symbolique pour le Shiv Sena.

Enfin, dernière étape de cette rocambolesque élection au Maharashtra, la coalition Congrès-NCP-Shiv Sena, appelée Maha Vikas Aghadi (MAV), et dirigée par Uddhav Thackeray, a passé avec succès l’épreuve du « floor test » ce samedi 30 novembre, avec un vote de confiance de 169 députés (MLA). Bhagat Singh Koshyari avait en effet donné au nouveau ministre en chef jusqu’au 3 décembre pour prouver sa majorité à l’Assemblée, ce qui est enfin chose faite, après plus d’un mois de rebondissements politiques. Reste à voir comment, et combien de temps, ces partis aux tendances opposées réussiront à concilier leurs vues politiques dans cet important État de l’ouest de l’Inde.

Similar Articles

YOU MAY ALSO LIKE

0 COMMENTS

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *