Le Meghalaya

Une célébration de la nature

Destination

January 23, 2018

/ By

Indes

janvier-février 2018

indes3

Destination encore méconnue des touristes, le Meghalaya a tout à offrir aux amoureux de la nature. Chaque année, en automne, la période de fleuraison des cerisiers offre une occasion unique de découvrir la région.

Des cris de joie émanent du parc de Ward’s Lake au cœur de la ville de Shillong, la capitale du Meghalaya. Des centaines de personnes se sont donnés rendez-vous pour pique-niquer après la messe du dimanche. Ils sont tous sur leur trente et un, robes colorées pour les dames et costumes brillants pour les messieurs. Parés de leurs plus beaux bijoux aussi, notamment des chaines en or arborant une croix.

Le spectacle qui s’offre à nous est des plus joyeux. Des enfants jouent en se roulant sur la pelouse et se font gronder par une grand-mère. Un groupe de jeunes fait du bateau, l’un d’entre eux a failli tomber à l’eau en se levant pour prendre un selfie, provoquant le fou rire de ses amis. Des couples se promènent en se tenant la main tandis que des hommes jouent aux cartes, en sirotant une bouteille de vin local. Ces scènes nous rappellent un style de vie européen, qui diffère fortement des autres cultures du sous-continent indien influencées par les traditions hindoues.

Assise sur un lit de pétales roses et blanches sous un grand cerisier en fleurs, Mary se fait prendre en photo par sa sœur. Avec ses yeux noirs en amande, son teint pâle de porcelaine et ses longs cheveux d’ébène, elle possède toutes les caractéristiques physiques des habitants de la région. « J’aime venir ici en cette période de l’année, c’est tellement romantique et en plus il ne pleut plus ! » s’exclame-t-elle.

Le ciel est effectivement bleu en ce week-end d’automne, il ne fait pas encore trop froid et le temps est agréable comparé aux températures encore chaudes et humides dans la majorité du territoire indien. Alors que les feuilles tombent et que la nature se prépare à faire face à l’hiver, un phénomène unique se tient au Meghalaya : la fleuraison des cerisiers.

« Vous en avez sans doute entendu parler au sujet du Japon, mais peu savent que cela se produit ici aussi. Il y a sans doute moins de cerisiers que là-bas, mais c’est tout aussi magnifique », poursuit Mary.

Situé entre l’État de l’Assam et le Bangladesh dans le Nord-Est de l’Inde, le Meghalaya possède l’une des biodiversités les plus riches du pays, avec ses forêts et ses collines vertes, ses grands lacs et ses multiples cascades. L’automne et la fleuraison des cerisiers annoncent la fin de longs mois de mousson et le début des festivités de Noël célébrées en grande pompe dans cet État où 75% de la population est chrétienne.

En effet, la présence des chrétiens dans le Nord-Est de l’Inde (principalement composé de tribus animistes) remonte à avant l’arrivée des colons britanniques. La première visite des missionnaires chrétiens dans cette région a été consignée en 1626 par deux missionnaires jésuites qui cherchaient probablement un passage vers le Tibet et la Chine.

Festival d’automne

En novembre 2016, le gouvernement local a officiellement inauguré le India International Cherry Blossom Festival (le Festival international de la fleuraison des cerisiers en Inde).

« On le célèbre au Japon et aux États-Unis, mais ici, la différence c’est que la fleuraison a lieu en automne et non au printemps, ce qui est absolument unique », explique le Dr Albert Chiang, scientifique à l’Institute of Bioresources & Sustainable Development (l’Institut indien des bio-ressources et du développement durable) qui organise conjointement le festival.

« Avec le réchauffement climatique dont nous sommes aussi victimes, les dates de fleuraison varient d’une année à l’autre mais elles ont généralement lieu au cours du mois de novembre pendant environ dix jours », ajoute-t-il.

L’origine des cerisiers dans cet État himalayen est encore floue ; selon les habitants de la région, ils existent depuis toujours mais l’État en a planté davantage au fil des années. « Le gouvernement a pris l’initiative d’accentuer cette particularité en plantant près de 5 000 arbres dans Shillong et ses alentours depuis 2015. Un cerisier met environs trois ans avant de produire des fruits », note Albert Chiang.

« L’objectif de ce festival est d’inviter les touristes à découvrir notre État tout en les sensibilisant à l’aspect environnemental, dans un monde où les sujets de développement durable sont devenus primordiaux », nous explique Mukul Sangma, le Chief Minister de l’État du Meghalaya, que nous avons rencontré pendant le festival.

« Nous espérons qu’en positionnant le Meghalaya en tant que destination écotouristique à travers ce festival, nous nous développerons socio-économiquement en créant des emplois et en améliorant les infrastructures » ajoute-t-il.

Le festival s’est ainsi tenu dans plusieurs lieux à Shillong ; il a réuni habitants et touristes autour de concerts de musique et de spectacles de danse, de concours de beauté, de défilés de mode et d’activités sportives mettant en avant les talents et l’entreprenariat local.

La femme à l’honneur

Ce soir, plusieurs milliers de personnes sont venus assister au concert de rock d’un groupe local. L’État est notamment connu en Inde pour sa scène musicale et son goût pour la musique occidentale. Devant la scène, de nombreux fans, dont des jeunes filles vêtues de manteaux en cuir, se déhanchent et chantent à pleine voix. « Ce qui est agréable ici, c’est qu’on se sent en sécurité. Les femmes, les filles sortent le soir très tard sans que cela pose un problème », explique Leena, une étudiante originaire du Tamil Nadu (Sud) qui poursuit ses études à l’Université de Shillong et qui travaille en tant que bénévole pendant le festival.

De haut en bas : Concerts et spectacles ; Un défilé de mode

De haut en bas : Concerts et spectacles ; Un défilé de mode

Les habitants du Meghalaya suivent une tradition matriarcale héritée des tribus locales. Au sein de la société, la femme occupe ainsi une place de choix : c’est le chef de famille, celle qui hérite des biens. Après le mariage, l’homme vivra chez sa femme et leurs enfants prendront le nom de leur mère. Une situation totalement opposée aux autres États indiens, dont certains souffrent énormément du problème du déséquilibre du sex-ratio, du fœticide et de l’infanticide des filles. « Ici, avoir une fille est un bonheur et un honneur. On ne juge pas la femme. Elle peut se remarier si elle le souhaite ou avoir un enfant hors mariage et ses droits sont protégés par une loi (le Khasi Social Custom of Lineage Act) ! », s’enthousiasme Leena qui aimerait voir ces traditions et cette mentalité influencer les autres États indiens.

Alors que le concert touche à sa fin, une lune pleine illumine la ville de Shillong. Les cerisiers fleuris dans le Ward’s Lake prennent alors des airs mystiques et forment un marécage de branches en cristal au-dessus de nous. « Les fleurs de cerisiers symbolisent à la fois le renouveau et la fragilité de la vie », nous rappelle Albert Chiang avant de poursuivre, « Nous le célébrons pour rappeler à tous de profiter de chaque moment que nous offre la vie ainsi que de nos proches. » Alors que le concert touche à sa fin, une lune pleine illumine la ville de Shillong. Les cerisiers fleuris dans le Ward’s Lake prennent alors des airs mystiques et forment un marécage de branches en cristal au-dessus de nous. « Les fleurs de cerisiers symbolisent à la fois le renouveau et la fragilité de la vie », nous rappelle Albert Chiang avant de poursuivre, « Nous le célébrons pour rappeler à tous de profiter de chaque moment que nous offre la vie ainsi que de nos proches. »

indes1

INFORMATION PRATIQUES

Comment s’y rendre ?

Par train : La station la plus proche est Guwahati (Assam), à une distance de 180 km de l’État. Il faudra ensuite prendre une voiture (environ 2 000 roupies, soit près de 26 euros) ou un bus (entre 30 et 50 roupies, soit moins d’un euro) pour se rendre à Shillong, la capitale.

Par avion : L’aéroport le plus proche se situe à Guwahati (Assam) à une distance de 159 km de l’État. Il n’y a pas de bus depuis l’aéroport mais vous pouvez prendre un taxi du gouvernement prépayé (à l’intérieur de l’aéroport) pour 2 500 à 3 000 roupies environ (une trentaine d’euros environ).

Les routes de l’État du Meghalaya sont plutôt bonnes. Il est nécessaire toutefois de prendre des précautions pendant la période de la mousson.

 

YOU MAY ALSO LIKE

0 COMMENTS

Comment