Un week-end à Nainital

Destination

July 19, 2017

/ By and / Nainital



nainital_lake

Balade en bateau sur le lac Naini

Pour un week-end impromptu, rien de mieux que Nainital, pittoresque cité lacustre nichée dans la vallée de Kumaon, au pied de l’Himalaya, dans l’Etat de l’Uttarakhand (Nord).

Dans une grande partie de l’Inde, l’été n’est pas la saison la plus appréciée. Au mois de mai, nombre d’Etats indiens du Nord comme l’Uttar Pradesh, l’Haryana ou le Punjab connaissent des températures caniculaires dépassant les 40 degrés. C’est peut-être pour cette raison que l’Himalaya domine le Nord du pays, antidote à la chaleur estivale. J’ai pu, moi aussi, me soulager de la chaleur lors d’une escapade à Nainital, ville lacustre de l’Etat de l’Uttarakhand (Nord), dont les trois-quarts sont surplombés par l’Himalaya.

Un vendredi soir, une amie et moi, prenons un train depuis la gare de New Delhi, capitale indienne. Lors de ce voyage de 300 km, couvert en six heures, nous contemplons les merveilleux paysages qui se succèdent : zones résidentielles encombrées et délabrées aux fermes et champs verdoyants à perte de vue ; bâtiments de béton brut aux huttes au toit de paille et bouse; centaines de visages au regard vide à agriculteur solitaire travaillant ses champs, indifférent aux trains qui passent. Mais le changement le plus agréable est la brise fraîche des montagnes, indiquant que nous avons laissé derrière nous l’air pollué de New Delhi. Nainital n’est plus loin.

Tard dans la nuit, nous débarquons à la gare de Kathgodam, considérée comme l’une des plus propres du pays. Nainital se situe à environ 30 km de Kathgodam, à peine une heure en taxi. La ville est déjà endormie quand nous arrivons, et nous attendons l’aube pour commencer ce qui va s’avérer être un voyage thérapeutique pour nous.

Rendez-vous avec la flore et la faune

Le jour se lève sous une douce bruine, qui s’arrête bientôt pour laisser place à un soleil chaud, brillant faiblement derrière des nuages gris. Nainital bénéficie d’un climat venteux et frais en été, alors que des pluies, légères à fortes, ravivent la verdure de la région pendant la mousson. L’hiver, quant à lui, enveloppe la ville d’une jolie couverture de neige blanche.

Le panorama nous pousse à quitter notre chambre pour rejoindre la pelouse de notre modeste chalet, situé derrière la magnifique Haute Cour de Nainital, dans le quartier de Mallital. Au loin, s’éleve le Naina ou « Cheena Peak » comme l’appellent les locaux. Sommet le plus élevé de la ville, à 2 615 m de haut, le « Cheena Peak » est totalement recouvert de déodars et de cyprès.

Savourant une tasse de thé chaud, nous contemplons la rosée matinale qui luit sur les feuilles. Le chien de l’hôtel – un Saint-Bernard de cinq ans – se jette sur les oiseaux et les papillons aux couleurs vives. Nous apprenons le nom de certains des oiseaux, dont l’un est un merle à ailes grises, avec des rayures blanches sur le bord de ses ailes noires. Un autre, le grimpereau de l’Himalaya, a la poitrine et l’abdomen bien garni, et le dos aux couleurs d’écorce, pour mieux se camoufler dans les arbres. Plus remarquable encore, la mésange montagnarde, avec une tache blanche en forme de larme sous l’œil, créant un contraste avec sa tête noire qui, à son tour, rehausse son corps vert et jaune.

Cherchant à fuir l’homme quelques instants, on nous recommande le zoo de Nainital, où l’on nous promet de trouver de nombreuses espèces d’oiseaux et d’animaux locaux.

Le zoo, le seul de l’Etat, se trouve au bout de « Mall Road », près de la gare routière de Tallital (l’autre côté de Nainital, à l’opposé de Mallital). Situé à 2100 mètres d’altitude, on y accède par une montée escarpée d’environ deux kilomètres. A l’intérieur, de nombreux faisans dorés et argentés aux plumages majestueux, ainsi que des espèces de hiboux et d’aigles nous attendent. Quant aux mammifères, un lion se promène dans son immense enceinte, le port altier, tandis que le léopard, animal nocturne, refuse de sortir de l’ombre, et que les ours se reposent à l’extérieur de leurs abris, croquant paresseusement une canne à sucre. Des pandas roux galopent dans les arbres et un chevreuil disparaît dans la forêt derrière son enceinte. A bout de souffle dans les escaliers raides, nous atteignons enfin le point le plus élevé du zoo pour découvrir le panorama majestueux qui se déploie devant nous.

Une vue panoramique de Nainital, depuis le zoo, le seul de l’Etat

Une vue panoramique de Nainital, depuis le zoo, le seul de l’Etat

Ramer dans les nuages

Nous avons une vue panoramique sur toute la vallée. Une épaisse nappe de brouillard a recouvert le lac Nainital, également appelé lac Naini. A cette hauteur, nous pouvons distinguer la forme de poire du lac, bordée de montagnes sur trois côtés : au Nord le « Cheena Peak », au Sud le Deopatha (2438 m), l’Ayarpatha à l’Ouest (2278 m). Les habitantsqui se sont installés au milieu des collines verdoyantes, animent le décor de leurs maisons couvertes colorées, écoles, églises et temples. La vie à Nainital semble être en harmonie parfaite avec la nature.

Nous sommes dans les collines de Kumaon de l’Uttarakhand, surnommé le « Lake District of India » (la région des lacs de l’Inde). Outre le lac Nainital, trois autres lacs sont emblématiques de la région : le Bhimtal (20 km de Nainital), le Sattal (45 km) et le lac Naukuchiatal (55 km).

Nous décidons de notre prochaine étape : une balade en bateau sur le lac Naini. En nous approchant du lac, nous sommes arrêtées par nombre de bateliers qui nous offrent chacun un prix plus compétitif que l’autre. Nous optons enfin pour une excursion à 100 roupies chacune (environ un euro).

Alors que nous attendons que notre batelier prépare le bateau, nous remarquons un élevage de truites au bord du lac. Les petites tranches de pains glissées dans nos sacs avant de partir satisfont notre envie de les nourrir.

Obligées d’enfiler des gilets de sauvetage rendus humides par la météo pluvieuse, nous nous asseyons sur des planches de bois recouvertes d’élégants draps colorés : c’est parti ! Plus nous avançons vers le milieu du lac, long d’environ deux kilomètres, plus nous nous sentons au milieu des nuages. L’épaisse brume a entièrement englouti le lac et ses environs, et l’expérience est par trop sereine pour être jamais oubliée.

Nuit étoilée

La nuit tombe, et nous décidons de nous promener autour du lac, peu résolues à le quitter déjà. La promenade est bien aménagée et éclairée par de beaux lampadaires. Le brouillard s’est légèrement dispersé, et le lac brilledu reflet des lumières de la ville. Bien qu’elles polluent quelque peu la nuit, on peut pourtant observer les étoiles dans la vallée.

Sur un côté du lac, se trouve le « Mall Road », et sur l’autre, « Thandi Sarak » (chemin froid) naturellement plus froid que l’autre côté en raison des hauts arbres et des collines qui bloquent le soleil.

Un « Mall Road » en Inde, et en particulier dans les régions vallonnées, est un espace ouvert où se trouvent normalement la majorité des magasins et restaurants. Et le « Mall Road » de Nainital a beaucoup à offrir, sans vous ruinez. Cuisine du Nord de l’Inde ou continentale, ou même « cuisine fusion » : le choix est difficile. Sur le marché, je m’offre un joli pull moelleux en laine pour moins de 300 roupies (environ 3,5 euros). Après un repas italien délicieux, nous rentrons à l’hôtel pour observer les étoiles depuis notre balcon.

Vue plongeante

Dans la vallée de Nainital et dans les quartiers voisins de Bhimtal ou Ranikhet (55 km), on peut se livrer à des activités intéressantes comme le parapente, la pêche, les excursions en bateau ou l’observation des oiseaux. Pour faire du parapente, nous nous dirigeons vers le lac Naukuchiatal, ou « lac aux neuf coins ». Situé à 24 km du centre de Nainital, le Naukuchiatal est le lac le plus profond de la région, avec 40 mètres de profondeur. Il bénéficie d’une verdure abondante, et d’une flore et une faune diverses, un véritable paradis pour les amoureux des oiseaux.

Alors que certains familles et couples rament, d’autres pique-niquent près du lac. Nous continuons de monter pour atteindre le point de rencontre du parapente. L’équipe possède des équipements derniers cri, justifiant le prix élevé. Beaucoup d’opérateurs offrent des prix compétitifs et les réservations peuvent être faites sur place.

Serrée dans un harnais, un casque robuste sur la tête, je suis prête à voler (avec un instructeur). De là-haut, j’ai une vue plongeante sur la vallée : le lac Naukuchiatal brillant au centre, bordé de grands conifères et la verdure à perte de vue. La sérénité s’est de nouveau emparée de moi. J’atterrisdans un bruit sourd, et bien que ça m’est semblé court, nous avons tout de même volé pendant près de 15 minutes. Nous récupérons nos photos et vidéos pour une coquette somme, et après avoir dîné d’un délicieux repas du Nord de l’Inde, nous rentrons à l’hôtel.

La douceur locale, le « Bal Mithai »

(A gauche) Le temple Naina Devi; (A droite) La douceur locale, le « Bal Mithai »

Un souvenir savoureux

Après quelques heures de repos, et avant de repartir pour New Delhi, nous nous rendons à « Mall Road » pour visiter le célèbre temple Naina Devi et pour ensuite acheter les douceurs locales typiques.

Le temple Naina Devi se situe à la pointe Nord du lac Naini et constitue l’un des 52 « Shakti Peethas » – lieux où seraient tombés les 52 morceaux du cadavre de la déesse hindoue Sati, marquant les lieux phares de l’hindouisme. Le temple a hérité des yeux de la déesse, d’où son nom, Naina (yeux). A l’intérieur, un arôme d’encens et le tintement mélodieux des cloches emplissent l’air. Les dévots nouent de petit tissu rouge autour d’un immense « peepal », figuier sacré, censé exaucer les vœux des visiteurs.

Après quelques minutes de silence à l’intérieur, nous partons à la chasse de la douceur locale, le « Bal Mithai », que les habitants appellent aussi chocolat. Le « Bal Mithai » est fait à base de lait entier ou de lait en poudre, puis recouvert de perles de sucre blanches. De texture pâteuse, il a le goût du caramel fait maison. Après une dégustation gratuite, nous en achetons près de deux kilos chacune. Le « Bal Mithai » a une longue durée de conservation et ne s’abîme pas facilement.

Depuis la gare routière de Tallital, nous repartons pour New Delhi en bus, remerciant cette charmante cité de nous avoir si généreusement offert une thérapie ce week-end.

Similar Articles

YOU MAY ALSO LIKE

0 COMMENTS

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *